Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Sûreté nucléaire: Nous serons obligés de faire des choix !

11 novembre, 2014

Sûreté nucléaire: Nous serons obligés de faire des choix !

Classé dans : Info — deedoff @ 20:31

CENTRALE DE CRUAS MEYSSE

Président depuis deux ans de l’Autorité de sûreté nucléaire, qui assure notamment le contrôle des 58 réacteurs nucléaires français, Pierre-Franck Chevet pointe l’alourdissement des missions de l’autorité indépendante, et critique le manque de moyens.

Vous présidez depuis deux ans l’Autorité de sûreté nucléaire, quel bilan en faites-vous ?

Nous faisons partie des quelques autorités de sûreté de référence au niveau international qui jouent un rôle moteur pour améliorer la sûreté dans le monde. Nos équipes sont convaincues de leur mission, tant à l’ASN qu’à l’IRSN (chargé de l’expertise technique, NDLR). Mais je n’avais pas mesuré notre charge de travail : l’ensemble du parc nucléaire arrive en France vers ses 40 ans, c’est le cas pour les 58 réacteurs d’EDF mais aussi pour beaucoup d’installations du CEA ou d’Areva. La loi de 2006 a instauré une obligation de réévaluation de sûreté tous les dix ans pour les installations d’Areva et du CEA, nous y arrivons. Cela nous oblige aujourd’hui à gérer des enjeux sans précédent.

Vous protestez depuis plusieurs mois contre une insuffisance de moyens…

Nous avons quantifié nos besoins: il nous faut 200 personnes de plus pour l’ASN et l’IRSN. Le gouvernement s’est battu pour nous, et nous avons obtenu une hausse de moyens, qui doit être considérée comme une marque de compréhension forte. C’est le mieux que l’on ait pu faire dans le contexte budgétaire. Mais il faut aller plus loin et changer un mode de financement uniquement budgétaire en y ajoutant un prélèvement sur les opérateurs sous le contrôle du Parlement. Nous fonctionnons, l’ASN et l’IRSN, aujourd’hui avec un budget de 300 millions d’euros par an, il faudrait passer à 350 millions.

Comment EDF et Areva réagissent-ils à cette idée ?

Je n’ai pas senti de réticence de la part des exploitants, parce qu’ils ont aussi intérêt à ce qu’on se prononce vite sur leurs dossiers.

A défaut de moyens supplémentaires, estimez-vous que la sûreté est en jeu ?

Si nous restons durablement dans cette situation, nous serons obligés de faire des choix et de définir des priorités. Les installations nouvelles comme l’EPR de Flamanville ou le réacteur Jules Horowitz de Cadarache ne présentent pas de danger tant qu’elles ne sont pas mises en service. Et les demandes de modification n’induisant d’améliorations de sûreté, je ne les regarderai pas.

Des drones survolent les centrales nucléaires depuis plus d’un mois. Faut-il bunkeriser les piscines de combustible ?

Les centrales résistent à des objets bien plus gros que les drones, sauf les piscines de combustibles usés, protégées par des bardages métalliques. Qu’un objet y tombe n’est néanmoins pas en soi une menace pour la sûreté. Dans le cadre de la prolongation au-delà de 40 ans des centrales nucléaires, la question de la protection des piscines a été posée à EDF. La principale défense d’une piscine, c’est le maintien de son intégrité physique qui permet de garantir la présence d’eau autour des assemblages combustibles.

Comment jugez-vous la communication de l’Etat autour de ce sujet ?

L’ASN n’est pas en charge de ce sujet. Mais la communication sur un tel sujet est nécessairement difficile.

Les députés ont instauré une enquête publique pour toute prolongation au-delà de 40 ans. Y êtes-vous favorable ?

Nous avons souhaité qu’il y ait une enquête publique au rendez-vous des 40 ans, c’est donc tout à fait bien. On ne peut pas avoir une simple mise sur internet de notre avis pendant trois semaines! L’enquête publique suscitera du débat, d’autant qu’elle sera sur le dossier de l’exploitant nucléaire, c’est-à-dire en amont de notre examen. Il faut aussi travailler à améliorer la transparence, notamment pour les habitants des pays frontaliers et voisins des centrales, et pour augmenter les moyens des commissions locales d’intervention.

Où en sont les dossiers de prolongations des réacteurs au-delà de 40 ans d’exploitation ?

Nous allons recevoir les premiers dossiers complets d’EDF dans les semaines ou les mois qui viennent. Dès 2015, nous donnerons de premiers avis sur certains thèmes, mais notre première position générique complète sera en 2018. Le premier réacteur qui fera sa quatrième visite décennale sera Tricastin 1, en 2019. Il faudra que les travaux aient été définis avant. Ensuite, nous enchaînerons rapidement, réacteur par réacteur.

Les exploitants sont-ils en ordre de marche ?

Nous serons attentifs à ce que les exploitants aient la capacité de mettre en œuvre les travaux d’améliorations de sûreté que nous demandons, même si ce n’est pas à moi de juger leur situation financière. Nous constatons la difficulté d’EDF et de ses sous-traitants à tenir les plannings de ses chantiers de maintenance. Ils ont récemment amélioré leur organisation et ont relâché la contrainte sur les plannings, ce que je préfère, mais la quantité de travaux à gérer aujourd’hui est sans commune mesure avec ce qu’EDF prévoit pour son grand carénage. Et pour le CEA, il y a un vrai sujet sur sa capacité d’investissement.

Vous aviez soulevé la nécessité dans le projet de loi sur la transition énergétique de prévoir des marges en cas d’avarie sur le parc nucléaire. Estimez-vous avoir été entendu ?

L’ASN souligne la nécessité de décisions à court terme relatives aux capacités de production d’électricité, quelle qu’en soit la nature, et aux économies d’énergie, pour faire face aux futures mises à l’arrêt définitif de réacteurs pour des raisons de sûreté.

Les trois acteurs du nucléaire changent de tête. Est-ce un élément d’inquiétude pour l’Autorité de sûreté?

A 99 % du temps, nous fonctionnons avec les responsables du parc d’EDF ou d’Areva, ou du CEA. Mais il est important de se voir tous les six mois ou une fois par an avec leurs présidents pour que le message de sûreté puisse être porté au plus haut niveau de ces entreprises.

V.Le Billon – E.Grasland

Source

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema