Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Au Visiatome, le nucléaire c’est pas sorcier

18 août, 2014

Au Visiatome, le nucléaire c’est pas sorcier

Classé dans : Info — deedoff @ 10:36

479087_10150609534186364_119824732_o

Adossé au centre de Marcoule, dans le Gard, ce musée conçu autour du fonctionnement de la filière veut plus largement vulgariser les sciences

Le nucléaire charrie tous les fantasmes et toutes les angoisses. Depuis que la France a fait le choix de développer une filière d’excellence dans ce domaine et de s’appuyer sur elle pour satisfaire la plus grande partie de ses besoins en énergie, ses détracteurs sont encore plus fervents dans leur opposition que ses défenseurs. Alors, quand le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) décide, en 2006, de créer le Visiatome sur son site de Marcoule (Gard), comment ne pas y voir un outil de propagande à destination du grand public ? Où se trouve la frontière entre l’explication et le plaidoyer ? Ce soupçon flottera toujours autour du Visiatome, quelle que soit l’énergie que met sa directrice, Fabienne Ivaldi, pour s’en défendre : « On se garde de mettre trop en avant les atouts de cette énergie pour ne pas qu’on nous taxe de propagande. Le musée a été conçu par des scientifiques sur la base de connaissances, pas par des industriels. Ce que nous essayons de faire, c’est d’attirer le public vers les sciences pour leur donner les capacités de comprendre le monde dans lequel ils vivent. »

Les traumatisés des maths à l’école, voilà donc la cible, que le musée met d’autant plus de coeur à atteindre que son accès est gratuit pour les scolaires. Pour les adultes, des événements et des conférences aux intitulés franchement alléchants s’y tiennent tous les mois.

Le Visiatome a choisi d’axer sa présentation sur le traitement des déchets produits par l’industrie nucléaire et mise sur l’illustration et la mise en scène pour s’adresser à toute la pyramide des âges, à partir de 6 ans et jusqu’à l’infini. C’est donc un impressionnant mur de déchets ménagers réalisé par un artiste plasticien qui accueille le visiteur et le plonge dans l’atmosphère « C’est pas sorcier » entretenue au Visiatome.

La radioactivité est forte dans les cendres ou le granit, moindre dans le lait

Déjà, les chiffres parlent : on y apprend que nous produisons individuellement pas moins de 500 tonnes de déchets ménagers par an, mais aussi que l’industrie nucléaire génère, pour chacun d’entre nous, 2 kg de déchets radioactifs « dont 4 g de déchets à haute radioactivité et à vie longue », est-il précisé. Mais avant d’aller plus loin, on reprend toutes les notions de bases, histoire de mettre tout le monde à jour et défaire les fausses représentations. Le visiteur est invité à partir à la découverte de la radioactivité et comprendre les processus de fabrication de l’énergie grâce à l’atome.

Une démonstration vient remettre les idées au clair : la radioactivité existe à l’état naturel, elle est forte dans les cendres ou le granit, moindre dans le lait. Le rédacteur de cet article réalise, en grimpant sur la machine, qu’il dégage à lui tout seul pas moins de 8 300 becquerels. Bref, j’irradie grâce au phosphore et au carbone qui me constituent, et cela aiguise mon attention. La chambre à brouillard donne à voir l’invisible en révélant à l’oeil les différents types de rayonnement (alpha, bêta et les plus dangereux, les gamma) et une maquette de centrale permet aussi de mieux comprendre comment fonctionne une centrale nucléaire. Autant de connaissances de base que devrait maîtriser tout citoyen d’un pays qui a choisi de couvrir plus de la moitié de ses besoins en énergie par le nucléaire.

Sur les déchets, on comprend que tout l’enjeu est dans les produits de fission ultimes, auxquels il faut trouver une forme qui soit la plus sûre et la moins encombrante possible. On comprend le processus de vitrification inventé à Marcoule qui doit fixer les éléments radioactifs pour toujours. Un bémol tout de même sur l’ultime maillon, le centre d’enfouissement profond de la Meuse, présenté au Visiatome, mais dont la réalisation à l’horizon 2025 est toujours, pour l’heure, très hypothétique en raison des résistances locales très fortes.

Le Visiatome, Centre de Marcoule, à Bagnols-sur-Cèze, ouvert de 10 h à 18 h au mois d’août (14 h-18 h le samedi et le dimanche). 
Tarif : 4 € (gratuit pour les – de 16 ans). Tarif famille : 10 € (pour cinq personnes maxi)

Source

http://www.visiatome.fr/

Chaîne Youtube

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema