Nucléaire Radioprotection et Internet

22 mai, 2014

Défaut de culture de radioprotection en radiologie interventionnelle

Classé dans : Info — deedoff @ 13:54

radiologie_1

Les événements significatifs de radioprotection (ESR) déclarés à l’ASN entre 2007 et 2013 ainsi que les constats des inspections réalisées dans le domaine de la radiologie interventionnelle 1 conduisent l’ASN à alerter de nouveau l’ensemble des acteurs sur les enjeux forts de radioprotection pour les patients et pour les travailleurs.

En effet, cette analyse a révélé que la majorité de ces ESR résultent d’un défaut de culture de radioprotection, lié notamment à une méconnaissance des doses délivrées aux patients ou reçues par les praticiens, et à une méconnaissance des risques sanitaires imputables à une exposition aux rayonnements ionisants. Ils auraient pu être évités.

Lire la suite

 

Avenir du site de Marcoule et de la filière nucléaire durant l’audition de Mme Ségolène Royal

Classé dans : Info — deedoff @ 11:36

Top 3 de la semaine

Classé dans : Top 3 de la semaine — deedoff @ 9:05

top31

 

1- La Chine pourrait commander une centrale nucléaire flottante à la Russie

2- Comment réduire le volume des déchets nucléaires de 90% ?

3- Les biais de perception à l’égard des risques nucléaires

 

21 mai, 2014

Zoom sur Fukushima

Classé dans : Info — deedoff @ 14:24

fuku

Source

 

La Chine pourrait commander une centrale nucléaire flottante à la Russie

Classé dans : Info — deedoff @ 14:03

flo

 

Pékin envisage de demander à l’Agence russe de l’énergie atomique Rosatom de construire une centrale nucléaire flottante pour alimenter en électricité les régions maritimes de la Chine, a déclaré mercredi Chen Zhaobo, président du conseil des experts de la Compagnie nucléaire nationale chinoise (CNNC).

« La Chine a besoin d’une centrale nucléaire flottante, car un grand nombre de ses îles sont situées loin du littoral. Il est difficile d’y produire de l’électricité. Rosatom dispose, quant à lui, de hautes technologies et d’une riche expérience dans ce domaine. C’est pourquoi nous nous félicitons de cette coopération. Nous voulons que Rosatom nous construise une centrale nucléaire flottante », a indiqué aux journalistes M.Zhaobo lors d’une conférence consacrée à la sécurité, à l’efficacité et aux paramètres économiques du nucléaire civil.

Selon le premier vice-président de Rosatom Vladimir Asmolov, il existe plusieurs modes d’exploitation de la future centrale.

« Elle peut être exploitée selon le système de crédit-bail qui fait que la Russie demeure le propriétaire du réacteur même si ce dernier est exploité par la partie chinoise. La Chine est depuis longtemps intéressée par ce genre d’équipement. Le réacteur flottant peut arriver dans un endroit doté d’installations capables de recevoir l’énergie et d’alimenter cette région en électricité. La centrale reste opérationnelle pendant 4 à 5 ans, mais ce délai peut être porté à 12 ans. Puis elle retourne à l’usine où l’on procède au changement des barres de combustible dans le réacteur », a expliqué M.Asmolov.

Source

AGATE a reçu le feu vert de l’ASN

Classé dans : Info — deedoff @ 13:17

Ecorche_Agate

 

Une nouvelle INB a démarré au centre CEA de Cadarache: Agate a en effet reçu le feu vert de l’Autorité de sûreté dans un courrier en date du 29 avril. « A la suite de l’instruction du rapport de sûreté, des règles générales d’exploitation, du plan de démantèlement, de l’étude déchets ainsi que du plan d’urgence interne en vue de la mise en service de l’installation, le CEA a répondu aux demandes préalables à la mise en service de son installation », estime le gendarme nucléaire qui rajoute que « le caractère limité des risques créés par l’installation permet qu’elle soit mise en service sans attendre la prescription éventuelle de mesures complémentaires répondant aux conclusions de l’ECS (Evaluation complémentaires de sûreté post-Fukushima, ndlr).
L’installation AGATE permettra de transférer les effluents radioactifs d’une citerne de transport vers des cuves, d’entreposer ces effluents avant de les traiter à l’aide d’un évaporateur. L’objectif principal de l’installation AGATE est de concentrer la radioactivité des effluents liquides contenant majoritairement des émetteurs « bêta gamma » au moyen d’une unité d’évaporation, avant transfert vers le centre de Marcoule pour traitement final et conditionnement.
Les effluents à traiter, majoritairement composés d’eau sont portés à ébullition par chauffage à l’intérieur de l’évaporateur. L’eau vaporisée est condensée et récupérée en continu dans une cuve; ce sont les « distillats » qui seront envoyés, après contrôles, vers la station d’épuration des effluents industriels du centre. Le volume résiduel, qui contient l’essentiel de la radioactivité initiale, est récupéré à la fin du processus d’évaporation; ce sont les « concentrats », qui seront transférés sur le centre de Marcoule où ils seront traités et conditionnés en colis de déchets solides. L’intérêt principal de l’installation réside dans sa capacité à réduire les volumes de déchets avec, au bout de la chaine, une nette réduction des transports en direction de Marcoule. AGATE remplacera ainsi la station de traitement des effluents actifs de l’installation STEDS (INB 37). A noter enfin que l’exploitation de l’installation nécessitera une quinzaine de personnes; en revanche, sa construction a généré jusqu’à 150 emplois directs.
En seulement 8 ans, entre 2006 et 2014, le CEA Cadarache a mis en service trois nouvelles installations de traitement des matériaux nucléaires (déchets et effluents). Un renouvellement qui a permis de remplacer progressivement des plateformes mises en service dans les années 60. Si bien qu’aujourd’hui le CEA Cadarache est à la pointe de la technologie avec des plateformes en parfaite adéquation avec les contraintes règlementaires pour une protection optimale du personnel exploitant, mais également de l’environnement.

Source

20 mai, 2014

La centrale nucléaire de Mühleberg ne fermera pas avant 2019

Classé dans : Info — deedoff @ 12:57

mule

 

Les Bernois ont rejeté dimanche à 63,3% l’initiative « Mühleberg à l’arrêt » qui réclamait de fermer de manière anticipée la centrale nucléaire dont la mise hors service est prévue en 2019.

La centrale nucléaire de Mühleberg ne cessera pas immédiatement ses activités. Les citoyens ont rejeté dimanche à 63,3% l’initiative « Mühleberg à l’arrêt ». L’installation devrait donc être mise hors service en 2019, comme l’a promis la société BKW.

Cette initiative populaire déposée en 2012, soit avant l’annonce de l’exploitant de débrancher Mühleberg, a été rejetée par 236’285 voix contre 137’285. Elle était combattue par le gouvernement à majorité rose-verte et par le Grand Conseil. La participation s’est élevée à 51,6%.

5% de la consommation suisse

Le texte demandait que le canton de Berne, l’actionnaire majoritaire du groupe BKW (ex-Forces motrices bernoises), veille à la mise à l’arrêt immédiat de Mühleberg. Les initiants jugeaient inacceptables les risques liés à son exploitation.

La centrale mise en service en 1972 produit 5% de la consommation de courant en Suisse.

Le gouvernement bernois a interprété dimanche ce résultat comme la volonté du peuple de sortir d’une façon coordonnée du nucléaire.

Source

 

Les failles du nucléaire médical

Classé dans : Info — deedoff @ 12:46

index_enceinte

 

A l’issue de sa campagne de contrôle 2013, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté un bilan mitigé de l’utilisation des rayonnements ionisants dans le domaine médical en région Centre.
Pour ce qui est de la radiothérapie, utilisée dans le traitement du cancer, onze« événements significatifs » ont été déclarés, soit moins qu’en 2012. Les huit centres de la région ont tous reçu la visite des inspecteurs de l’ASN, et le constat est plutôt positif. « L’ASN confirme la bonne prise en compte de la radioprotection des patients comme des travailleurs en radiothérapie », indique le « gendarme » du nucléaire dans son rapport.

En revanche, son avis est plus sévère dans le domaine de l’imagerie médicale, qu’il s’agisse de radiologie ou de scanner. Depuis dix ans, la dose annuelle reçue a doublé en moyenne, ce qui préoccupe les autorités. « Il y a un effort à faire pour optimiser la dose délivrée au patient et l’amener au niveau juste nécessaire », estime Pascal Boisaubert, adjoint au chef de la division de l’ASN d’Orléans.
Autre source d’inquiétude, l’utilisation de la radiologie dans les blocs opératoires, lors d’interventions chirurgicales. Là encore, l’ASN estime qu’il est possible d’améliorer le réglage des appareils pour limiter l’exposition des patients, qui risquent notamment des lésions cutanées, compte tenu de la durée des opérations. Et elle préconise également de renforcer le suivi de dosimétrie (la mesure des doses reçues) des praticiens, en particulier au niveau des mains, ainsi que leur protection.
Pourtant, malgré les recommandations faites à l’issue des huit inspections réalisées l’an dernier, « la majorité des établissements n’ont pas mis en place les démarches pérennes d’amélioration de la radioprotection », déplore l’ASN. La marge de progrès reste donc importante, et les avancées devraient pouvoir être mesurées cette année, lors des cinq inspections prévues en 2014.

Source

EDF vient de déclarer un événement significatif sûreté dit « générique »

Classé dans : Info — deedoff @ 12:41

noticia02

 

Nogent-sur-Seine – EDF vient de déclarer un événement significatif sûreté dit « générique » car commun à plusieurs unités de production au niveau 1 de l’échelle Ines qui en compte 7.

Dans certains locaux situés dans la partie nucléaire des installations d’une centrale nucléaire, des protections dites « biologiques » , principalement des matelas de plomb, ont été installées. Ces protections permettent de réduire l’exposition des intervenants et techniciens aux rayonnements ionisants.

En 2012, dans le cadre d’une analyse, il s’est avéré que, dans les centrales nucléaires de Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines, Le Blayais, Saint-Laurent et Tricastin, le chute de certaines protections que pourrait occasionner un séisme, risquerait d’endommager des matériels importants pour la sûreté situés à proximité. Cet écart a été déclaré à l’Autorité de sûreté.

Suite à ce constat, EDF a étendu cette analyse à l’ensemble de son parc. Il est alors ressorti que ce type de situation existait également sur d’autres unités de production, notamment à Nogent-sur-Seine.

En 2013, EDF a étendu sa déclaration initiale à l’ensemble des centrales nucléaires en raison du caractère générique de l’écart détecté. C’est à la suite d’échanges complémentaires avec l’Autorité de sûreté nucléaire, que l’entreprise a décidé de déclarer, le 15 mai dernier, un nouvel événement significatif sûreté « générique » de niveau 1. Celui-ci n’a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté et le fonctionnement des installations. L’ensemble des écarts sera résorbé d’ici la fin de l’année 2015, assure EDF.

Source

17 mai, 2014

Les métiers du démantèlement

Classé dans : Info — deedoff @ 5:50
Image de prévisualisation YouTube

Les transparents

123

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema