Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Contamination à la centrale de Cattenom

3 février, 2011

Contamination à la centrale de Cattenom

Classé dans : Info,Mise à jour — deedoff @ 3:25

mip10bis.jpg

Depuis la mi-janvier, l’unité de production n°3 de la centrale de Cattenom est en arrêt programmé pour réaliser un important programme de maintenance et de contrôle.

Lors des contrôles systématiques effectués en sortie de zone nucléaire, des traces de contamination interne ont été détectées sur un salarié d’une entreprise extérieure. Il a été accompagné au service médical du site pour procéder aux examens, qui ont confirmé une trace de contamination interne, du cobalt 60, un isotope radioactif. L’intervenant sera suivi par le service médical jusqu’à élimination naturelle de la contamination. La valeur précise de cette dernière sera obtenue au retour des résultats des prélèvements.

Dans tous les cas, le niveau d’exposition interne restera inférieur au 1/20 e de la limite réglementaire annuelle, fixée à 20 mSv pour les intervenants en zone nucléaire. Le sievert (Sv) estime l’effet du rayonnement sur l’homme. Les expositions s’expriment généralement en mSv. L’exposition moyenne annuelle naturelle d’un individu est de 2,4 mSv.

Le salarié démontait un échafaudage dans le bâtiment réacteur de l’unité de production n° 3. Par ailleurs, conformément aux procédures habituelles, une analyse est en cours afin d’identifier la cause de la contamination.

L’Autorité de sûreté nucléaire et les pouvoirs publics ont été informés de l’événement.

Source

Mise à Jour

POUSSIÈRE RADIOACTIVE ÉVACUÉE
Poussière radioactive évacuée
Il n’y a plus de traces de contamination chez l’agent qui avait ingéré une poussière radioactive dans le bâtiment réacteur n° 3 de la centrale nucléaire de Cattenom (lire RL d’hier). Il s’agit d’une contamination au cobalt 60 survenue au cours du démontage d’un échafaudage.

Hier, le service médical a fait savoir que l’homme, âgé de 35 ans, salarié d’une société extérieure, a évacué naturellement la contamination. Un prélèvement a été effectué pour déterminer le niveau de classification de la dose, dans le cadre du suivi dosimétrique de l’employé. Le résultat est attendu d’ici à trente jours. C’est le premier cas de contamination survenu depuis l’arrêt de l’unité n° 3, le 15 janvier, en raison d’un important programme de maintenance et de contrôle. 500 personnes pénètrent chaque jour dans le bâtiment réacteur.

Le syndicat FO s’est saisi de l’incident pour déplorer l’absence de consultation du CHSCT. Relevant quatre incidents, il dénonce que « la direction veut gérer en catimini tout en invitant les victimes à ne pas se mettre en arrêt de travail. »

Source

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema