Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Un métier peu connu : technicien en radioprotection

5 janvier, 2011

Un métier peu connu : technicien en radioprotection

Classé dans : Info — deedoff @ 20:42

techrp.jpg

Fiche métier 1: Le technicien en radioprotection veille à l’application de toutes les procédures relatives au contrôle des rayonnements. Il s’assure ainsi que toutes les règles de protection contre l’irradiation et la contamination sont bien respectées.

Il effectue les mesures périodiques nécessaires, vérifie le bon fonctionnement des appareils de mesure, participe à l’information et à la formation du personnel en matière de sécurité.

Le métier au quotidien
Travaillant sous l’autorité d’un responsable ingénieur ou d’un chef de service, le technicien en radioprotection analyse des situations présentant des risques d’exposition radiologique, et met en œuvre des mesures de prévention radiologique adaptées (s’habiller ou se déshabiller lorsque que l’on pénètre dans une enceinte présentant des risques de radioactivité, par exemple).
Il peut aussi se voir confier le rôle d’interface vis à vis du personnel en charge de l’entretien courant (entretient bâtiment, maintenance, …) spécialement dans les centrales nucléaires : il informe et forme le personnel aux respects des consignes de sécurité, en terme de radioactivité.

Qualités requises
Justifiant d’une excellente connaissance des procédés, des installations et des risques radiologiques, le technicien en radioprotection doit également faire preuve d’une aisance relationnelle pour entretenir les échanges avec des équipes internes et externes (sensibilisation et formation à l’aspect sécurité). Rigoureux au plus haut point, il est incollable sur les normes de sécurité en vigueur.

Les conditions de travail
Le technicien en radioprotection travaille aussi bien à l’extérieur (chantiers) qu’au sein d’une entreprise ou d’un hôpital. Bien entendu, son activité nécessite une protection particulière lorsqu’il se déplace sur des sites nucléaires.

Quelle formation ?
Pour devenir technicien en radioprotection, le niveau requis est un Bac + 2 de type BTS (BTS contrôle des rayonnements ionisants et application des techniques de protection) ou DUT (DUT mesures physiques, DUT HSE)

Salaire
Un technicien en radioprotection débutant perçoit une rémunération comprise entre 2 000 et 2 500 euros bruts mensuels.

Evolution de carrière
Avec une telle spécialisation, le technicien en radioprotection peut également travailler dans des laboratoires, mais aussi dans des hôpitaux (utilisation des rayonnements ionisants). Avec de l’expérience ou une formation complémentaire, il peut s’orienter vers un poste d’ingénieur en radioprotection.

Le technicien en radioprotection dans le nucléaire :

Synonyme : technicien d’exploitation de centrale nucléaire.

De l’usine de retraitement de La Hague aux appareils de radioactivité des hôpitaux, en passant par les mines d’uranium ou les sous-marins atomiques, l’énergie nucléaire est partout. Caractéristique de cette énergie, elle produit des déchets qui créent des pollutions à long terme si l’on ne cherche pas à s’en protéger. Le technicien en radioprotection est là pour prévenir les incidents éventuels : contrôler le taux de radiation des personnes exposées, s’occuper du compactage des déchets dans des containers spéciaux ou du transport du combustible nucléaire, surveiller l’état du réacteur et les systèmes de sécurité… Aujourd’hui, les installations vieillissent et doivent progressivement être remplacées. Les exigences de sécurité devenant de plus en plus fortes, le métier devrait se développer.
À noter : ce métier peut s’exercer au sein de l’armée.

Fiche métier 2: Sur les installations nucléaires de production d’électricité, le technicien en radioprotection participe à la prévention des risques radiologiques dans tous les domaines, de la préparation à l’exécution des travaux. Il réalise des mesures courantes de radioprotection et des visites de surveillance sur les chantiers. Il fait respecter les règles et procédures en matière de sécurité – radioprotection et veille à leur application correcte dans l’ensemble des installations.
Il vérifie l’étalonnage et le bon fonctionnement des appareils de mesure, effectue les mesures périodiques nécessaires (mesure d’irradiation et de contamination des locaux, contrôle radiologique sur les personnes et les matériels), évalue les risques et met à jour la signalisation à l’entrée des locaux pour permettre au personnel de se prémunir contre ces risques. La sécurité est une composante importante de son métier, il est à la fois le garant de la sécurité des intervenants sur les chantiers, n’hésitant pas à conseiller des collègues. Dans ce cadre, il peut également être amené à contribuer à la formation du personnel en matière de radioprotection et à participer aux études et aux analyses permettant de diminuer la dosimétrie sur les chantiers. Le technicien travaille de manière autonome, sous la responsabilité d’un chef d’équipe.

Qualités requises
La rigueur, le goût de travail de terrain, un bon contact et un esprit d’équipe, une bonne formation scientifique, un comportement exemplaire sur le terrain, un sens de l’autonomie et de l’initiative. Le technicien en radioprotection doit également être pédagogue, avoir le sens des relations humaines tout en sachant faire preuve d’autorité pour faire corriger les écarts et les comportements observés sur les chantiers.

Perspectives d’évolution
L’augmentation des exigences et le renforcement de la réglementation en matière de radioprotection vont conduire à des embauches significatives dans les prochaines années. Après quelques années d’expérience, le technicien en radioprotection peut évoluer vers des postes de chef d’équipe ou des postes de préparation ou d’expert en radioprotection. Grâce à la formation continue, une évolution est possible dans son métier ou vers d’autres métiers de la sécurité et de la logistique nucléaire.

Formation et expérience
Bac STI, STL, S, bac professionnel environnement nucléaire, bac professionnel hygiène et environnement. Un BTS radioprotection (contrôle des rayonnements ionisants et applications techniques de protection), ou un DUT hygiène sécurité et environnement permettent d’évoluer rapidement vers des postes d’encadrement ou de préparation. La formation est complétée par de nombreux stages pour suivre l’évolution des techniques et des matériels.

Source

Un commentaire »

  1. coque iphone 5c

    Le salaire me semble bien bas,il n’est absolument pas à la mesure du risque encouru dans un tel poste.

    Commentaire by coque iphone 5c — 3 décembre, 2013 @ 10:27

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema