Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Une grève autour des déchets d’Atalante (CEA Marcoule)

8 décembre, 2010

Une grève autour des déchets d’Atalante (CEA Marcoule)

Classé dans : Info — deedoff @ 21:01

atalante.jpg

Le laboratoire Atalante est un des fleurons du site de Marcoule. Dédié à la recherche et au développement sur le traitement des combustibles usés, depuis la dissolution jusqu’à la vitrification, il doit contribuer au nucléaire de demain, celui de quatrième génération.

Mais depuis jeudi dernier, une partie des 200 agents du commissariat à l’énergie atomique (CEA) sont en grève. Durant deux jours, le laboratoire a même cessé de fonctionner. Depuis, c’est le principe d’une grève tournante qui a été décidée par les syndicats (CFDT, CGT et FO), sans blocage des bâtiments. « Une pétition a recueilli plus de 150 signatures », précisent les porte-parole syndicaux.

La raison de leur courroux, c’est la mise en place très proche – au 1er janvier prochain – « d’une sous-traitance sur une activité pérenne, au plus près de la matière nucléaire ». L’intersyndicale appuyant : « La politique de l’entreprise tend à supprimer des emplois CEA et installe durablement la précarité dans le nucléaire ».

Concrètement, ce sont les déchets du laboratoire qui sont au cœur du débat. Depuis 1988, date à laquelle Atalante a quitté Fontenay-aux-Roses – trop proche de Paris – pour Marcoule, le CEA traite lui-même ses déchets, ainsi que ses effluents.

Le procédé, pour les premiers, est maîtrisé et figé. C’est sur les seconds, que la filière doit aujourd’hui être améliorée. Les exigences des autorités du nucléaire ont changé : quand plusieurs kilos de sulfates étaient auparavant autorisés dans les effluents, désormais, les limites se mesurent en grammes. Ce qui change tout de même le travail à mener…

La direction du CEA a donc décidé, puisque la filière des déchets est totalement maîtrisée, d’en confier sa gestion à une entreprise sous-traitante. Et de transférer toutes ses équipes et leurs savoir-faire sur l’épineuse question des effluents. Ce que déplorent, donc, les syndicats. « Ce désengagement du CEA entraîne la perte de la maîtrise et des compétences du CEA sur ses activités propres, une externalisation inadmissible des risques inhérents au métier du nucléaire. Le CEA, en agissant ainsi, fait porter une grande part de sa responsabilité sur les salariés de la sous-traitance qui, de par leurs conditions de travail, leur avenir précaire et la pression à laquelle ils sont soumis, ne peuvent exercer leur métier sereinement ».

Christian Bonnet, directeur du CEA Marcoule, contacté hier, répondra aujourd’hui aux questions de Midi Libre. L’appel d’offres aurait toutefois été déjà passé, ces transferts devraient bien s’opérer au 1er janvier comme prévu.

Selon nos informations, cette grève cache en fait une autre problématique, celle-là liée aux retraites. Une grande partie des agents CEA, à condition de remplir certaines conditions, bénéficiait d’une retraite à 55 ans, le commissariat payant les salaires jusqu’à 60 ans. Désormais, la retraite interviendra officiellement à 62 ans, réforme oblige. Que faire, de ces deux années ? Direction et syndicats s’apprêtent à ferrailler sur le sujet… La grogne autour d’Atalante serait donc aussi un moyen, pour les syndicats, d’afficher leur pouvoir.

Source

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema