Nucléaire Radioprotection et Internet

27 août, 2010

Journée scientifique de l’IRSN – Session Aspects médicaux

Classé dans : Info — deedoff @ 11:50

grafrisque.jpg
Postcast d’une conférence en 2008 sur l’épidémiologie des travailleurs et du public.

Par Dominique Laurier

Direction de la radioprotection de l’homme.
 

Source
 

L’hormesis ou le possible effet bénéfique des faibles doses

Classé dans : Info — deedoff @ 5:38

faiblesdoses.jpg

Une faible dose reçue préalablement peut protéger la victime.
Cette constatation a pu être faite sur l’homme suite à un accident survenu récemment à Istanbul. Des ferrailleurs cherchaient à récupérer le métal d’un conteneur dans lequel une source médicale de cobalt 60 avait été oubliée. Pendant quatre heures, ils ont essayé d’ouvrir le conteneur, subissant tout au long de l’intervention une faible dose d’irradiation à faible débit. Puis, ils ont réussi à l’entrouvrir, subissant cette fois un débit de dose élevé. Enfin, ressentant des malaises, ils ont heureusement cessé leur tentative.
Les examens ont montré que la dose réelle subie, évaluée en fonction de la chute des leucocytes et des plaquettes, se situait entre 3 et 4 Gy. En revanche, le nombre des lésions génétiques subies par l’ADN conduisait à une dose de 1 à 2 Gy, montrant une atteinte beaucoup moins importante de l’ADN et des cellules souches appelées à remplacer les globules du sang.

« Ce qui est accepté à l’heure actuelle est la réalité d’une réponse « adaptative » : une dose faible (quelques dizaines de mSv), délivrée quelques heures avant une irradiation à dose plus élevée, diminue l’effet (en particulier mutagène) de cette seconde dose, et pourrait donc faire décroître le risque de cancérisation. L’interprétation serait que la dose faible initiale a entraîné une mise en route des processus de réparation, permettant de limiter les effets toxiques de la dose élevée délivrée dans un second temps. Dans quelle mesure ce phénomène peut-il entraîner une « protection » en clinique humaine ? La réponse n’est, à ce jour, pas connue avec précision. »

Source

Le risque des petites doses d’irradiation pourrait avoir été exagéré

Classé dans : Info — deedoff @ 5:29

hormesis.bmp

Les risques de petites doses d’irradiation pourrait avoir été exagérée, l’Electric Power Research Institute (EPRI) a trouvé, tout un groupe industriel a fortement critiqué le lecteur pour des doses plus bas que jamais absente des préoccupations du monde réel.

Les effets sanitaires des rayonnements ont été constatées à plusieurs reprises dans la recherche datant de l’exposition des travailleurs militaires pour essais d’armes nucléaires, mais les effets observables seulement venir avec de très fortes doses de rayonnement. Les risques liés à de petites doses sur de longues périodes ont été largement pris en vertu de la «linéaire sans seuil» du modèle, ce qui implique que n’importe quel niveau d’exposition aux radiations – peu importe leur taille – entraînerait un niveau correspondant de dommages biologiques.

Après compilation de plus de 200 publications scientifiques sur le sujet, EPRI a pu conclure que cette méthode peut avoir été sur-estimation des risques. Différents mécanismes sont à l’œuvre à chaque extrémité de l’échelle, EPRI trouve de récentes études, et «lorsque le rayonnement est livré à un faible débit de dose (c.-à-sur une période de temps plus longue), il est beaucoup moins efficace dans la production de changements biologiques que lorsque le même dose est livré dans un court laps de temps.  »

les travailleurs des centrales nucléaires sont les plus étudiés au monde en termes de rayonnement, avec des doses enregistrées pour tout le monde qui entre régulièrement les sites nucléaires. Strict moyenne annuelle limites sont imposées par les régulateurs nationaux alors que la plupart des entreprises ont des limites encore plus strictes qui leur sont propres.

Mais dans toutes ces données, qui couvre plus de 100.000 travailleurs par an à les centrales nucléaires américaines, personne n’a été exposé à de plus que la limite annuelle réglementaire des États-Unis de 5 rem (0,05 Sv) depuis 1989. « Les doses de moins de 10 rem (0,1 Sv) en une seule exposition sont trop petites pour permettre la détection de tout excès de cancers statistiquement significative », a déclaré EPRI.

Les gains théoriques de sécurité

«C’est un mauvais service à l’intérêt public de fixer des normes de sécurité sur le postulat implicite que tout le rayonnement est nocif, même à des doses extrêmement faibles», écrit John Ritch, directeur de la World Nuclear Association, dans une lettre à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) le mois dernier. lettre Ritch a été co-signé par les membres du Conseil WNA Ichiro Takekuro, agent principal du nucléaire de Tokyo Electric Power Company, et Chris Crane, président et chef de l’exploitation d’Exelon. Takekuro et Crane représentent les plus grands opérateurs nucléaires au Japon et les États-Unis, respectivement.

La lettre Ritch porté sur la révision actuellement en cours des normes de l’AIEA de sécurité de base et une proposition visant à réduire les limites de dose pour le public de 1 mSv par an à 0,3 mSv. Ritch a averti que d’un «gain purement théorique en radioprotection peut prévaloir sur, et d’agir au détriment de l’, les gains réels en matière de santé publique et de protection de l’environnement qui peut être atteint grâce à une expansion mondiale de l’énergie nucléaire. »

La tendance à s’efforcer de toujours les doses de rayonnement plus faible en l’absence de preuve des gains réels pour la santé « sape les fondamentaux, principe bien établi de l’optimisation des doses, ce qui implique qu’un équilibre judicieux entre les être frappé risques et des avantages réels », a déclaré Ritch .

En termes pratiques, une recherche constante pour des doses plus faibles conduirait à augmenter les coûts et les complications pour les opérateurs et les régulateurs nucléaires, sans aucun bénéfice mesurable pour les travailleurs ou le public. Pendant ce temps, les avantages de l’énergie nucléaire en termes de sécurité énergétique, le développement et l’atténuation des changements climatiques seraient disponibles qu’à un coût plus élevé.

Source d’origine
Source traduite

26 août, 2010

Irradiés, contaminés…. La faute à qui ?

Classé dans : Info — deedoff @ 20:42

dded.jpg

Dans un communiqué publié jeudi 12 août 2010, la direction de la centrale nucléaire (de Chinon) annonce la contamination interne de 3 intervenants. Ces contaminations arrivent quelques jours après que des salariés aient été en contact avec une pièce ayant un débit de dose de 11Sv au contact et près de 4 mois après l’irradiation d’un salarié qui a reçu une dose de 570 mSv à une extrémité alors que la réglementation fixe à 500mSv la dose maximale sur une période de douze mois glissant.
Plusieurs points sont fortement choquant dans la manière dont EDF communique sur ces salariés, qui, rappelons le, sont majoritairement issues d’entreprises sous
traitantes.

En effet en faisant des ratios avec la limite annuelle, la direction sous entend que les effets sur la santé sont négligeables. A chaque fois, que ce soit dans le communiqué du 12 août ou dans le communiqué du 30 avril dernier, cet état d’esprit est latent.

Faut il rappeler à la direction que les rayonnements ionisant sont dangereux pour la santé et ce, quelques soient la dose reçue.

Qu’être en deçà de la limite annuelle réglementaire ne constitue en rien une absence de risque et que les effets stochastiques sous entendent une surveillance médicale de qualité, ce que tous les salariés n’ont pas. En renvoyant à des problèmes de pratiques individuelles, la direction balaye tous problèmes d’organisations du travail. (lire la suite)

Source

Démantèlement militaire

Classé dans : Info — deedoff @ 14:55

demmil.jpg

Visiter les installations démantelées (reportage photo) => ici

La France a annoncé l’arrêt définitif de la production de matières fissiles pour les armes nucléaires le 22 février 1996. A la fin du mois de juin de la même année, l’usine de Pierrelatte cessait son activité de fabrication d’uranium hautement enrichi. Le programme de démantèlement des installations a été lancé immédiatement, avec comme objectif le démontage et la destruction de tous les procédés d’enrichissement, l’assainissement des locaux et l’évacuation des déchets produits.

 

Source

Andra : 100 millions pour économiser son stockage

Classé dans : Info — deedoff @ 14:25

famaandra.jpg

 

L’État va accorder une aide de 100 millions d’euros pour aider l’Andra à trouver des moyens de recycler les déchets nucléaires mais aussi pour économiser son espace de stockage.

 

Si aucune mesure n’est prise, le site accueillant des déchets nucléaires très faiblement actifs (TFA) à Morvilliers pourrait plus que doubler, passant de 650 000 m3 (sa capacité totale à terme telle qu’elle est fixée aujourd’hui) à 1 500 000 m3 dans l’avenir (projection suite au dernier inventaire national). Pour ne pas avoir à étendre ou à construire cette « ressource rare » qu’est l’espace de stockage de déchets, il va falloir trouver d’autres solutions.
C’est en substance l’enjeu des trente prochaines années que souhaite résoudre l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Suite aux vifs débats sur les déchets FA-VL qui ont écorné son image, l’Andra ne semble plus être prête aujourd’hui à étendre ou ouvrir un site d’ici peu.


Un recyclage… dans la filière nucléaire

En décembre 2009, des membres de la commission du « grand emprunt » approchent l’équipe de l’Andra. Dans cette démarche, l’agence y voit l’occasion de financer ses recherches. Le 3 août dernier, une convention, rendue publique hier, est signée avec l’état dans le cadre du programme d’investissements d’avenir où l’état s’engage à accorder une aide de 100 millions d’euros.
Le premier axe de recherche portera sur le recyclage de métaux radioactifs TFA… mais uniquement dans la filière nucléaire.
Il y a quelques années, des experts avaient relevé de la radioactivité contenue dans les boutons d’ascenseur de la marque OTIS fabriqués en Inde. Rien de tel pour l’Andra qui assure que les métaux issus du démantèlement d’installations nucléaires (350 000

tonnes attendues) seront réinjectés, « propres », exclusivement dans l’ingénierie nucléaire et non dans des objets du quotidien. « Les autorités françaises ne remettront pas en cause ce principe », a confirmé hier Marie-Claude Dupuis, directrice générale de l’Andra.
Casse-tête à résoudre
Deuxième axe de développement, l’amélioration du conditionnement de « certains déchets radioactifs organiques ou contenant une part chimiquement réactive ». Exemples : animaux de laboratoire, vêtements de travail contenant de la poudre d’uranium, quelques solvants, poudre de métaux…
Des petits volumes déjà traités indépendamment les uns des autres, issus pour la plupart de petits producteurs, mais qui posent un casse-tête à l’Andra qui préférerait trouver un procédé unique pour traiter l’ensemble.
L’idée sur ce chapitre est de travailler en partenariat avec les industriels. Le souci étant à l’échelle internationale, le concept novateur pourrait être exporté.
Concrètement, « il n’y aura pas d’impact à court terme localement », nous précise Marie-Claude Dupuis. Les recherches se feront en laboratoire sur différents sites.
En revanche, concernant une catégorie des déchets FA-VL qui ont tant fait parler, cette enveloppe de 100 millions d’euros devrait permettre de « rouvrir les choix techniques de sites d’implantation ». D’où la levée du calendrier décrétée par l’état sur ce sujet au début de l’été pour financer et trouver une meilleure solution de stockage pour ces déchets encombrants.

Source

Dans le nucléaire, se donner une expertise moderne: le démantèlement.

Classé dans : Info — deedoff @ 14:18

dem1.jpg

 

Le gouvernement du Québec  et Hydroo-Québec veulent rénover la centrale nucléaire Gentilly II. Une folie. L’avenir énergétique n’est aucunement de ce côté. Et, partout dans le monde,  les coûts sont hors contrôle. Qu’est-ce que le Québec  veut aller chercher de ce côté? Quand on sait que des puissances nucléaires comme l’Allemagne, la Suède et  bien d’autres s’apprêtent à l’abandonner.

 

Pas plus tard que cette semaine, en France, une autre très grande puissance nucléaire en production électrique, voit surgir une pétition du Prix Nobel de physique 1992, Georges Charpak  et de deux autres physiciens de renommée internationale, Jacques Treiner et Sébastien Balibar invitant le gouvernement français à renoncer au projet de réacteur expérimental à fusion.  Avant eux, les  Prix Nobel de physique  de 1991, Pierre-Gilles de Gennes et de 2002, Masatochi Koshba, jadis partisans des grands ensembles  nucléaires, exprimaient aussi leurs désaccords.

Avant de voir les prix de la rénovation de Gentilly II de 2 milliards$ doubler et tripler  comme partout ailleurs dans le monde, y compris à  Point Lepreau au Nouveau-Brunswick, le gouvernement du Québec serait peut-être mieux  avisé de changer d’orientation et de choisir que se développe au Québec une expertise inexistante dans le monde, celle du  démantèlement des centrales nucléaires.  Non seulement éviterions-nous des dépenses folles dans des coûts  incontrôlables pour une rénovation inutile car le Québec   est  actuellement, et le sera pour un bon bout de temps, en  surplus énergétique et possède encore des capacités de développement hydro-électrique. Mais encore le Québec aura été le premier pays à démanteler véritablement une centrale nucléaire et à se doter d’une expertise terrain qu’il pourra exporter.

Ceux et celles qui voient loin et anticipent sur les évènements créent les conditions  pour être du noyau de tête et s’y maintenir.  En matière nucléaire le contexte québécois est particulièrement porteur. Trouvera-t-il chez ceux et celles qui assument  la direction de ses affaires le leadership clairvoyant correspondant  à l’opportunité qui lui est donnée?

Source

Le nucléaire civil s’ouvre aux investisseurs étrangers

Classé dans : Info — deedoff @ 13:38

inde.jpg

Pour le Premier ministre Manmohan Singh, ce vote marque pour l’Inde « la fin de l’apartheid nucléaire ». Le 25 août, le Parlement a adopté une loi qui ouvre l’industrie nucléaire civile aux investissements étrangers. Le texte procède de l’accord de coopération nucléaire que l’Inde avait signé avec les Etats-Unis en 2008 : après trente-quatre ans d’embargo international, il avait permis au pays d’accéder à la technologie nucléaire civile et de sortir de son isolement. Le vote ouvre des perspectives à l’entreprise française Areva, entre autres.

 

Source

Le camion aux rayons X

Classé dans : Info — deedoff @ 5:17

Si vous aimez passer aux rayons X à l’aéroport pour finir à poil devant les yeux des experts es sécurité, alors vous allez kiffer ce nouveau genre d’appareil de surveillance. Ce petit camion de AS&E est conçu pour passer aux rayon X n’importe quel véhicule en mouvement ou pas (et je suppose, n’importe quelle personne), pour notre SECURITÉ à tous (éviter les bombes, toussa toussa).

Source

Image de prévisualisation YouTube

SENAC: Une volonté constante d’amélioration au service de la société

Classé dans : Info — deedoff @ 4:50

senac.jpg

Les activités du Service d’Expertise en Assainissement et Conception contribuent, dans une large mesure, à l’expertise de l’IRFU au service des enjeux sociétaux. Le SENAC bénéficie d’un savoir-faire, historiquement fondé sur les études de démantèlement (ALS – INB 43, synchrotron Saturne – INB 48 et Réacteur Universitaire de Strasbourg) et l’aide à la conception des installations nucléaires (ARRONAX), ainsi que sur la gestion des déchets radioactifs (blocs TE). Les prestations du SENAC apportent une assistance à maîtrise d’ouvrage aux projets lors des phases préparatoires, au démantèlement des installations (accélérateurs, réacteurs), ou à la conception de nouvelles installations (accélérateurs, salles expérimentales, lasers de puissance, hopitaux …), au profit de l’IRFU et de la DSM, mais également des autres directions du CEA (DEN, DAM …), ainsi que pour le compte de partenaires extérieurs (CNRS, Institut Curie, ENSTA …).

Source

123456...11

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema