Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Le JRC-IES surveille les incendies de forêts en Russie et en quantifie les effets

30 août, 2010

Le JRC-IES surveille les incendies de forêts en Russie et en quantifie les effets

Classé dans : Info — deedoff @ 21:46

contajrc.jpg

L’ Institut de l’environnement et la durabilité de la Commission européenne Centre commun de recherche de la (JRC-IES) a analysé la présence et la répartition des incendies de forêt dans la partie européenne de la Russie, depuis le début de Juillet 2010. Une série de cartes indiquant la localisation des incendies survenus à partir du 1er Juillet, et notamment au cours de la plus intense depuis deux semaines, jusqu’au 12 août 2010. Il a été quantifiée, comment ces incendies susceptibles d’être affectés dans les zones contaminées par l’accident de Tchernobyl du 26 avril 1986. Le JRC-IES a également analysé l’impact des récents incendies sur la couverture terrestre et les sols de tourbe dans ce domaine.

Le danger d’incendie dans la région de Moscou estimé par les incendies de forêt européenne système d’information (EFFIS), organisé par le JRC-IES, a montré la persistance des risques élevés d’incendie depuis la mi-Juin 2010. Les températures extrêmes et la sécheresse cumulatifs causés conditions extrêmes de danger d’incendie qui a facilité l’inflammation et la propagation ultérieure de feux. Cela a conduit à un grand nombre d’incendies qui ont brûlé simultanément et ont produit des nuages de fumée grands qui ont continué à affecter, par exemple, la ville de Moscou et d’autres à proximité des zones urbaines.
De l’imagerie par satellite, la superficie totale brûlée dans cette région a été estimée à, le 12 août 2010, ca. 763.000 ha.

Le JRC-IES a également abordé la question de savoir si les feux de forêt des événements dans les zones qui avaient reçu de dépôt après l’accident du réacteur de Tchernobyl en 1986. À la suite de cet accident, le CCR – travail avec ses homologues de Russie, l’Ukraine et la Biélorussie – a produit un atlas cartographie détaillée du césium-137 dépositions normalisée à la 10 mai 1986 [1]. Les périmètres feu estimée à partir des observations satellitaires actuelles ont été combinées avec cette carte des dépôts de césium-137. La superposition a montré que la plupart des incendies en place au 12 août dans les secteurs où les niveaux de césium 137 dépôts-ont été faibles à moyennes. Le tableau suivant présente une comparaison de la superficie des incendies survenus depuis le début de Juillet au sein de chaque niveau de dépôt se référant à 1986:

contafeux.jpg

Il faut noter cependant que le césium-137 a une demi-vie d’environ trente ans, si l’ensemble des valeurs ont presque diminué de moitié depuis l’accident en 1986. En outre, la forme chimique actuelle du césium dans la région est inconnue tout comme les chemins, dans lequel elle peut avoir déménagé dans l’environnement local au cours des 24 dernières années. Les niveaux de césium sont donc incertain. Comme il n’y a pas de terme source fiable, des estimations quant à la quantité de césium serait remis en suspension dans les panaches de fumée est aussi très incertain.

Le problème de la tourbe
En raison de conditions favorables à la propagation des incendies, un feu qui couve continuent à brûler des forêts, malgré les efforts de lutte contre l’incendie. Une explication possible est que certains des incendies se produisent dans les régions où les sols tourbeux, ces sols ont une couche supérieure avec une haute teneur en carbone qui brûle très facilement et produit de grandes quantités de fumée. En outre, les incendies se propagent souvent au niveau du sol et dans le cas des sols tourbeux, ce qui équivaut automatiquement à une source de combustible riche, les rendant extrêmement difficile à éteindre. La comparaison de superposition des périmètres feu avec les informations sur les sols tourbeux fournies par les données sur les sols Centre européen (ESDAC), a également accueilli par le CCR-IES, montre que les feux ont brûlé au moins 181.102 ha de terres de tourbe, ce qui correspond à environ un quart de la superficie totale brûlée.

Combinaison information sur les incendies et couverture des données terrestres
En combinant l’analyse des périmètres de feu avec le CCR Land Cover 2000 dataset, il a été déterminé que les incendies affectent principalement les forêts et les cultures agricoles.

[1] Atlas des dépôts de césium sur l’Europe après l’accident de Tchernobyl, 1998, publications officielles des Communautés européennes, ISBN 92-828-3140-X, 16733 EUR.

Source d’origine

Source traduite

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema