Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Astrid à Marcoule ? Décision en 2012.

29 août, 2010

Astrid à Marcoule ? Décision en 2012.

Classé dans : Info — deedoff @ 15:45

gen4.jpg

Le choix du commissariat à l’énergie atomique (CEA) s’est porté sur Marcoule si l’État lui concédait le droit de se lancer dans l’aventure de la 4e génération de l’énergie nucléaire.

Pourquoi Marcoule ?
Il y a l’histoire du site, qui lui confère une image de précurseur dans chacune des étapes du nucléaire français, qu’il soit civil ou militaire. « Potentiellement, nous avons déjà du terrain sur le site ou à proximité. Et, surtout, la problématique de la séparation et de la transmutation des actinides mineurs est parfaitement connue à Marcoule. » Une dizaine de chercheurs du laboratoire Atalante travaillent déjà sur le sujet depuis quelques années. Autre raison de ce choix, la proximité de Cadarache, site également impliqué dans le travail de recherche et développement (R & D), mais dont l’espace sera fortement occupé dans les prochaines décennies, par un autre projet d’envergue, Iter. Quelques ingénieurs oeuvreront aussi depuis Lyon, Marcoule n’en est pas très loin. Enfin, il fallait un site en bordure de fleuve et le CEA n’en possède pas beaucoup.

La décision est-elle définitive ?
Uniquement sur le choix du site, le CEA est sûr de son fait. Ce qui l’est moins, pour le moment, c’est bien la décision finale de l’État de lancer le projet. La première échéance fixée par la loi de 2006 se situe fin 2012, date à laquelle les pouvoirs publics devront pouvoir disposer de premiers éléments budgétaires (investissements, coût de fonctionnement, partenariats éventuels) et techniques. D’ici-là, le CEA doit donc réaliser un avant-projet sommaire. Plusieurs indices laissent à penser que la France va s’engager dans ce nucléaire du futur. D’abord, parce que le président de la République a lui même évoqué les besoins énergétiques qui se feront jour en 2030. Ensuite, parce que son gouvernement a choisi de consacrer 650 M€ issus du grand emprunt à ce projet. Pas une paille. Et puis, la France possède une avance significative en la matière, mais de nombreux pays travaillent à leurs futurs programmes.

Quand ? Comment ?
Une fois la décision de poursuivre prise en 2012, le CEA devra rendre son avant- projet définitif en 2014. Des équipes arriveraient déjà sur Marcoule pour préparer le travail. C’est en 2017 que la construction du réacteur débuterait, de même que l’atelier des fabrications des coeurs – on ne sait pas encore où. Le chargement du combustible s’opérerait vers 2020. A cette date, « des centaines de personnes » convergeraient vers Marcoule pour de nombreuses années de recherche. Le prototype, comme les réacteurs industriels qui seront ensuite fabriqués, aura une durée de vie de 60 ans. Plus que Phénix, qui s’est éteint l’an passé, non sans des derniers tests, essentiels pour la naissance… d’Astrid.

ASTRID : Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration (réacteur technologique avancé au sodium pour démonstration industrielle)

Source

Forum international GEN IV

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema