Nucléaire Radioprotection et Internet

  • Accueil
  • > Info
  • > Des réacteurs nucléaires ont fonctionné sur terre il y a 2 milliards d’années !

23 août, 2010

Des réacteurs nucléaires ont fonctionné sur terre il y a 2 milliards d’années !

Classé dans : Info,Mise à jour — deedoff @ 21:37

oklonaturreaktor.jpg

Il y a 2 milliards d’années, le taux d’uranium 235 présent dans l’uranium naturel était de 3,6 %, donc beaucoup plus important qu’aujourd’hui (0,7 %) du fait que la période (demi-vie) de l’isotope 235 (710 millions d’années) est plus courte que celle de l’isotope 238 (4,5 milliards d’années). Par conséquent, l’uranium naturel pouvait alors déclencher la réaction en chaine dans la nature.

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, les conditions nécessaires pour atteindre la criticité (enrichissement ad hoc, forte concentration de l’uranium dans le minerai, présence d’eau en quantité suffisante, absence d’éléments trop absorbants) furent effectivement réunies il y a 1950 millions d’années sur le site d’Oklo au Gabon, où plusieurs réacteurs naturels ont pu fonctionner spontanément durant plusieurs milliers d’années en dégageant de la chaleur (quelques dizaines de kilowatts) par fission comme le font aujourd’hui les centrales nucléaires conçues par l’homme !

L’observation d’une anomalie de teneur isotopique d’un échantillon d’uranium naturel au cours d’une analyse de routine effectuée à l’usine d’enrichissement de Pierrelatte en juin 1972 est à l’origine de la découverte du phénomène d’Oklo.

L’enquête qui fut aussitôt menée permit de remonter le cycle du combustible jusqu’à l’extraction du minerai effectuée par la société COMUF (Compagnie des mines d’uranium de Franceville) qui exploitait au Gabon les 2 sites uranifères d’Oklo et Mounana.

C’est alors qu’on découvrit par forage carotté du site d’Oklo, des échantillons de minerai d’uranium dont la teneur en uranium 235, étonnamment basse, pouvait atteindre 0,4 % au lieu de 0,7 % !

Les spéculations fusèrent tous azimuts pour tenter d’expliquer ce phénomène singulier : certains avancèrent l’hypothèse d’une contamination du terrain par de l’uranium en provenance d’une centrale nucléaire, ou encore la possibilité de fractionnement de la teneur isotopique de l’uranium. D’autres évoquèrent l’éventualité d’un impact de fragments d’antimatière. Des esprits imaginatifs avancèrent même que cette découverte apportait la preuve irréfutable de la venue sur notre planète de voyageurs extraterrestres …

En fait l’hypothèse de réactions en chaîne au sein du gisement d’uranium d’Oklo à une époque très ancienne fut vite validée par les experts chargés du dossier, qui mirent notamment en évidence l’existence de produits de fission qui, bien que disparus depuis longtemps étant donné leurs courtes périodes radioactives, avaient laissé l’empreinte de leur passage à travers le témoignage de leurs descendants stables.

Le phénomène d’Oklo a pu être observé grâce à la conjonction de circonstances incroyablement favorables : les zones de réaction sont en effet restées confinées en profondeur (plusieurs centaines de mètres) dans une région qui n’a connu aucun bouleversement géologique important en 2 milliards d’années, et ce n’est qu’à une époque très récente que des phénomènes d’érosion ont amené les réacteurs au voisinage de la surface, permettant alors leur découverte par l’homme.

Source

Voir aussi le pdf « Une centrale nucléaire de deux milliards d’années au secours de nos déchets radioactifs ? »

Geyser nucléaire

Le réacteur nucléaire fossile d’Oklo, au Gabon, vieux de deux milliards d’années, fonctionnait comme un geyser ! C’est ce qu’avancent des physiciens américains. En mesurant les abondances des différentes formes de l’atome de xénon dans des phosphates d’aluminium, les chercheurs ont décrit un cycle de trois heures : La réaction en chaîne s’amorce d’abord dans le sédiment très riche en uranium 235. La température s’élève, de l’eau est vaporisée. Cette vapeur d’eau intercepte les neutrons libérés par la fission de l’uranium et bloque ainsi la réaction en chaîne. Résultat, la température chute, la vapeur se condense et les neutrons reprennent leur course. Au bout de deux heures trente, la réaction en chaîne reprend. Et ainsi de suite durant près de 150 000 ans…

A. P. Meshik et al., Phys. Rev. Letters, 93, 182302, 2004.

Source

Un commentaire »

  1. coque iphone 5c

    Le site d’Oklo est une intrigue!

    Commentaire by coque iphone 5c — 3 décembre, 2013 @ 10:44

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CAHS-AVALANCHES |
O_liv™ |
Le blog de l'inkorrect(e) |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1referencement
| cancambou97218
| sajestema